Bref

Bref! Nous avons joue au chat et a la sourie.

Pour ceux qui n’ont pas lu les premiers épisodes, le voici: Bref #1 et Bref #2

Juin 2006, me voila de retour en France le coeur amoureux. Mais la communication avec mon beau Guatemalteque est difficile. Le réseau mobile n’était pas très développé au Guatemala a ce moment la. Alors c’était du genre « Aloooo! Alooo! Ah tu m’entends?? Bon je te disais que… bip bip bip! » Le tout dans un mélange de Spanglish. Mais j’ai trouvé un emploi de trois mois en intérim avec une idée en tête. Bref! Je voulais y retourner.

Fin juillet, je trépigne. Ca y est j’ai de quoi racheter un billet d’avion! Mais il reste toujours le petit doute, et s’il avait change d’avis, s’il avait trouve quelqu’un d’autre? Donc je l’appelle, je suis tendue et excitée a la fois… « Ca y est je peux acheter mon billet, tu es sûr que tu veux que je revienne? » Il me répond par un oui, genre sur de lui. Alors clic! clic! clic! et voilà j’ai mon billet pour début septembre! « Mais que vas tu faire la bas? » Me demande mon entourage. Bref! j’étais prête a vivre d’amour et d’eau fraîche.

Mais voila, deux semaines après, il a change d’avis. Non ça ne va pas marcher notre relation… il n’est plus sur de ses sentiments pour moi… Et la je me retrouve bête avec mon billet dans les mains. Ba oui ma fille ca m’apprendra de tomber amoureuse d’un latino! Je me dis à moi même. Bref! Il a prit peur.

Mais têtue comme une tête de mule, je decide de partir de toute façon. J’ai trouve un poste pour enseigner l’anglais dans une école privée en Honduras. Vive internet! Ou pas… Je devais y aller un an. Mais je me suis retrouvée dans un petit village loin de tout et avec un système qui me convenait pas. Puis on s’était racole avec Mynor lors de mon court passage a Quetzaltenango. Donc en décembre je décide de retourner au Guatemala lui donner une autre chance. Et lui très motive au départ, une semaine avant que je parte de l’Honduras me dit… Bref! Il a fait ce qu’il sait faire de mieux… reculer!

Mais je n’ai pas voulu repartir en France, autant profiter encore du Guatemala ce pays si accueillant! (Et surtout reconnaître que mon expérience fut un fracas) S’en suivit une année d’amour et de lutte, genre je t’aime moi non plus. Il a fallut surmonter beaucoup de barrières. On s’attirait pour se repousser. Comme des aimants. jusqu’à ce fameux jour de novembre 2007… Bref! On a joue au chat et a la sourie.

aristom-et-jerry-1-

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s